Les poissons de la famille des Percidae sont caractérisés par deux nageoires dorsales, la première étant bien développée à rayons épineux, la seconde à rayons mous. 3 espèces sont présentes à Naussac, dont 2 ont fait leur apparition récemment.

La perche commune (Perca fluviatilis)

La perche commune est une espèce tolérante capable de supporter de grandes amplitudes thermiques et des eaux de qualité moyenne. La reproduction se déroule en général entre mi-avril et mi-juin pour des températures à partir de 8 à 10°, l’optimum étant étant de 12°C. Les œufs sont émis par la femelle en longs rubans sur des végétaux aquatiques ou des arbres morts. La perche, qui se nourrit de plancton au stade alevin, devient un carnassier à tendance piscivore dès l’âge de deux ou trois ans. Cependant, dans le lac de Naussac, les perches continuent à consommer principalement du zooplancton et des insectes jusqu’à quatre ou cinq ans. L’arrivée et le développement d’une population d’écrevisse signal sur le plan d’eau modifie peu à peu les habitudes de ce poisson opportuniste. Sur la retenue de Naussac, la perche constitue la biomasse principale mais sa croissance est moyenne, les sujets de deux ou trois ans mesurent environ 16 cm. On trouve également des bancs de poissons plus âgés dont la taille ne dépasse guère les 45 cm. La perche vit habituellement jusqu’à une dizaine d’années, mais peut atteindre l’âge maximum de 20 ans.

Il existe de grands mouvements saisonniers pour cette espèce. En hiver, on la trouve à des profondeurs pouvant atteindre et dépasser les 20 mètres. Au début du printemps les perches se rapprochent petit à petit de la zone littorale. Il arrive toutefois de trouver des perches dans des profondeurs importantes comme dans très peu d’eau en bordure, même au mois de Juin !

Sur Naussac, les dates de reproduction sont mal connues. Un fort taux de cannibalisme est constaté sur les bancs d’alevins.

L’arrivée et le développement d’une population de sandre sur Naussac risque de réduire la population de perches, aussi une vigilance des pêcheurs quant au prélèvement sur cette espèce sera souhaitable dans les années futures.

perche

Le sandre  (Sander lucioperca)

Le sandre est un poisson originaire d’Europe de l’Est, son introduction clandestine est récente à Naussac ou il s’est acclimaté. On a observé à Naussac des individus en reproduction fin Mai début Juin dans des profondeurs d’eau situées entre 2 et 3 mètres. Durant cette période, le mâle garde son nid, oxygène les œufs et attaque tout ce qui s’en approche, le rendant vulnérable au braconnage.

Une partie des frayères est connue sur le lac de Naussac, aussi, des mesures pour mieux adapter la période de pêche en fonction des dates de reproduction de l’espèce seront proposées prochainement, ainsi qu’une réflexion sur la mise en place de réserves temporaires, visant à protéger momentanément les zones de fraie.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La grémille (Gymnocephalus cernuus)

La grémille est un poisson originaire des régions de l’est de la France (Rhin). Elle peut atteindre 15-cm de long, exceptionnellement 30 cm et affectionne les milieux oligotrophes. Elle se reproduit dans une eau dont la température est comprise entre 12 et 18°. Les femelles peuvent pondre plusieurs fois dans la saison sur des graviers ou sur la végétation. Son régime alimentaire est composé de chironomes et des crustacés benthiques, mais elle peut être piscivore à la taille adulte. Il lui arrive de se nourrir des œufs d’autres poissons.

Sa présence à Naussac est connue depuis la pêche scientifique de l’ONEMA en 2012, qui a mis à jour une petite population.

Sources : Fiches Onema, atlas des vertébrés de L’Alepe, Les poissons d’eau douce de France (éditions biotope), observations personnelles.